Code QR qui sera scann.é par le passeport vaccinal et qui contient des informations sous le protocole SMART Health Card
téléphone

Un passeport vaccinal bafouant votre liberté?

Le gouvernement du Québec songe à mettre en place un passeport vaccinal si les cas de COVID-19 augmentent à partir du 1er septembre 2021. Le tout afin de donner des avantages aux personnes doublement vaccinées contre la COVID-19 versus celles qui ne sont pas vaccinées. Créant ainsi, deux classes de citoyens.

L’idée peut sembler bonne pour certaines personnes et évidemment moins bonne pour les personnes non-vaccinés et encore moins bonnes pour les commerçants offrant un service non essentiel (bars, restaurants, salles de spectacles, gyms etc..), et qui devront filtrer leur clientèle à l’entrée avec un outil qui verra de toute évidence leurs chiffres d’affaires diminués.

LogiqueTechno s’est penché sur ce passeport vaccinal.

Tout d’abord ce passeport vaccinal, sa base est un code QR contenu dans la preuve vaccinale que vous obtiendrez tout à faire gratuitement via le portail suivant. QR signifie «Quick Response». Donc, pour les puristes de la langue françaises, il faudrait plutôt parler de code RR (réponse rapide). Mais, qui comprendra, alors que le terme QR est connu ainsi depuis des années.

Il y a quelques années, les Dragons dont le très connu Alexandre Taillefer, ont déjà dit à l’émission Dans l’Oeil du Dragon, que le code QR était mort qu’il n’avait aucun avenir. Il semble pourtant qu’en 2021, il soit encore bel et bien actuel au Québec.

Ce code QR  comprend des informations non cryptées sur une partie de votre dossier médical. C’est-à-dire, si vous avez été pleinement vacciné contre la COVID-19 et où avez-vous obtenu ce vaccin et à quelles dates. Ensuite ce code QR contient votre date de naissance ainsi que votre nom au complet. Il ne contient pas votre adresse ni votre numéro de téléphone. Toute l’information contenu dans le Code QR est présentée sous une longue séquence de plus de 2000 chiffres de 0 à 9. Cette longue séquence de chiffre est un cadre SHC. Mieux connu dans le milieu médical sous SMART Health Cards Framework. Ce long code QR n’est pas crypté, car quiconque découvre l’algorithme de ces chiffres, pourra lire le contenu. Cet algorithme est facile à trouver sur le site Internet Reddit, par exemple. Alors que, si les informations étaient vraiment cryptées, on ne pourrait même pas lire les chiffres, et il y aurait dans la séquence des caractères autres qu’uniquement des chiffres de 0 à 9.

Il n’est pas clair encore comment, physiquement, la lecture de ce code QR sera appliquée. On parle d’une vérification du niveau de vaccination d’une personne contre la COVID-19, en montrant votre code QR à un scanneur de code située à l’entrée de commerce. Mais, comment le tout sera-t-il implanté physiquement? Avec des barrières comme à l’entrée d’une station de métro et que celles-ci s’ouvrent lorsque vous passez votre carte avec un droit de passage. Ainsi, le code QR doit étre scanné aux barrières pour accéder au commerce, sinon les barrières ne s’ouvrent pas? Rien de bien clair là-dessus à date dans les plans du gouvernement du Québec.

Comment aussi gérer physiquement les entrées et sorties pour un commerce qui comporte une seule porte d’entrée et de sortie? Rien de clair là-dessus non plus de la part du gouvernement.

Pour les 3/4 de la population vaccinée l’instauration d’un passeport vaccinal ne posera pas de problème, car ils ont un téléphone intelligent et pourront trimbaler leur code QR sur leur téléphone.  Ça demeure tout de même contraignant, car il faudra toujours avoir avec vous votre téléphone et ainsi, pas d’accès si la batterie est à plat. Par contre, pour les personnes âgées n’ayant pas de téléphone intelligent, elles devront traîner leur code QR sur un bout de papier et le présenter au scanneur. Ce n’est pas très évident comment cela va être géré si une personne n’arrive pas à scanner son code QR à partir de son bout de papier trop froissé ou sur lequel du café a été renversé. Est-ce que le commerçant jouera à la police du code QR?

Autre problème en vue, la falsification des codes QR. Comment valider que la personne porteuse d’un code QR est bien celle identifiée sur ce celui-ci? Encore une fois, est-ce que le commerçant jouera à la police du code QR?

Mais le pire, nous y arrivons, c’est la liberté individuelle. Ainsi, en vérifiant le code QR des individus vaccinés à l’entrée des cinémas ou des arénas, le gouvernement pourrait savoir où vous êtes allé, à quelle heure vous y étiez et même avec qui ou en même temps que qui. Mais selon des experts qui appliquent la technologie SMART Health Card, ces informations n’aurait pas besoin de transiger via un serveur central pour être validées.

On se comprend, si c’était le cas,  ce sont là des données très précieuses auxquelles bons nombres d’entreprises voudraient mettre la main dessus. Le fait de scanner votre code QR ici et là dans les commerces révèlerait vos habitudes de consommation. Bien sûr, il ne sera pas possible d’associer votre présence et à ce que vous consommeriez sur les lieux, mais par contre, si vous devez aussi montrer votre code QR à la sortie, l’information de la durée de votre visite dans ce commerce serait enregistrée.

Comprenez aussi que s’il y a éclosion de COVID-19 dans un commerce, que le gouvernement saurait si vous avez fréquenté le dit commerce et pourrait vous contactez afin que vous vous isoliez ou que vous passiez un test de dépistage de la COVID-19.

Bon, il semble qu’une utilisation normale de la technologie SMART Health Card ne nécessite pas que l’information transige via un serveur central. Tant mieux, mais est-ce ainsi que le gouvernement utilisera cette technologie. Rien de bien clair là-dessus.

Car, sachez que beaucoup de données du gouvernement se retrouvent de plus en plus dans l’infonuagique, le fameux cloud, et sur des serveurs d’entreprises privées d’entreprises américaines telles qu’Amazon via son service AWS et Microsoft via son service Azure.

Ces données ont beau être cryptées dans l’infonuagique, tout individu qui s’y connait moindrement en informatique sait que tout ce qui se crypte, se décrypte et surtout tout qui se crypte, n’est pas crypté avant d’aboutir dans le processus de cryptage. Comme mentionné plus haut, les informations de votre code QR présentées au scanneur ne sont pas cryptées.

Aussi, de la façon que le gouvernement traitera les infirmations scannées au lecteur de code QR à l’entrée des commerces, qui dit que même ces données ne pourraient pas être utilisées par les forces policières qui recherchent un individu ou une personne disparue. Dans le dernier cas, plusieurs vont se réjouir de cette nouvelle capacité pour la  police. Ou encore, données utilisées par les gouvernements qui courent après des individus qui ne paient pas leurs impôts. Est-ce que l’accès à un commerce non essentiel pourra être bloqué par le gouvernement parce qu’une personne doublement vaccinée avec un code QR valide n’a pas payé ses impôts, n’a pas payé sa pension alimentaire ou parce qu’elle brise sa libération conditionnelle, par exemple de sortir de son domicile après 21 h?

Bon, il ne faut pas être alarmiste et croire que Big Brother sera partout au Québec. Mais la technologie est là et le gouvernement peut l’utiliser de façon qu’il le désire. En fait, tous les gouvernements du monde qui vont implanter un passeport vaccinal pourront utiliser la technologie comme bon il leur semble. Et au fait, espérons, que cette technologie sera compatible d’un pays à l’autre. Vous vous imaginez voyager et que votre preuve vaccinale au Québec ne puisse être lue dans d’autres pays ou le passeport vaccinal sera implanté?

Où tout cela s’arrête au Québec? Rien n’a filtré de ce côté du côté du gouvernement. Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a lancé cette idée de passeport vaccinal récemment en conférence de presse, sans régler aucune question importante.

Enfin, la question à laquelle plusieurs tentent d’obtenir une réponse: est-ce que d’implanter ce passeport vaccinal va à l’encontre de la charte des droits et libertés. Aucun juriste de l’État provincial ou fédéral ne s’est encore prononcé là-dessus.

Finalement, dans nos recherches, nous avons appris que la technologie SMART Health Card a été inventé par VCI, une coalition d’entreprises publiques et privées. Il y a plusieurs entreprises privées membres de cette coalition dont les géants de la techno que sont Apple, Google, IBM et Microsoft. Cela n’est rien de bien rassurant pour les opposants au passeport vaccinal ou bien aussi à ceux qui croient à la théorie du complot.