logo Bluetooth
périphériques

Quelle distance peut parcourir un signal Bluetooth?

Tout d’abord, qu’est-ce que le Bluetooth? On entend souvent le nom de cette technologie et plusieurs personnes l’utilisent de nos jours sans savoir vraiment comment elle fonctionne ni ce qu’elle est vraiment.

Introduite en mai 1989, Bluetooth, est une norme de communication qui permet l’échange bidirectionnel de données en utilisant la bande de fréquence de 2.4 Ghz, le tout via des ondes radio de type UHF.

UHF n’est pas sans rappeler pour les gens plus âgées, les téléviseurs munis de deux roulettes pour changer de chaîne. Il y avait une roulette VHF et une autre, UHF. Exactement le même type d’ondes que la norme Bluetooth.

Ainsi, Bluetooth, permet à deux appareils d’échanger des données numériques. Nous retrouvons cette norme, en autre, sur des systèmes de son, des hauts-parleurs sans-fil, des téléphones intelligents, des oreillettes, des ordinateurs portables, certaines radios d’auto ainsi que divers périphériques pouvant être branchés à votre ordinateur personnel.

Au Canada, le gouvernement fédéral utilise aussi cette norme dans son application Alerte COVID destinée aux téléphones intelligents sous Android ou IOS.

Alors, vous avez votre téléphone intelligent et vous vous demandez jusqu’à quelle distance maximale il peut rejoindre l’enceinte sans-fil pour écouter votre musique?

Vous avez un casque d’écoute relié à votre ordinateur qui joue de la musique et vous vous demandez jusqu’à quelle distance vous pouvez vous déplacer sans perdre le signal?

La réponse simple est une distance de 30 pieds (10 mètres). Cependant, cette portée peut varier selon les obstacles que le signal Bluetooth rencontre. Une personne, du métal, un mûr, et ça dépend aussi de l’environnement électromagnétique. Même votre four à micro-ondes en marche peut faire de l’interférence sur le signal Bluetooth.

Mais tout comme pour le signal cellulaire, maintenant à la norme 5G, il y a eu une évolution de la norme Bluetooth depuis son introduction. Ces évolutions ont contribué à augmenter la portée et le débit, nous y reviendront.

Originalement les versions 1.0, 2.0 et 3.0 avaient une portée de 30 pieds (10 mètres). La version 4.x a une portée pouvant atteindre 180 pieds (60 mètres) et la dernière version, 5.x, a une portée pouvant atteindre 600 pieds (200 mètres).

Évidemment, plus vous êtes loin, plus le signal est faible et plus le débit de transmission des données sera faible.

Curieusement au fil de l’évolution de la norme Bluetooth, le débit d’échange de données semble avoir plafonné.

Initialement à 1 mégabit par seconde, sa capacité a plus que doublé à 2,1 mégabits par seconde lors de la version 2.0 de la norme. Puis la version 3 a offert la même capacité.  Lors de la version 4.x, le débit a été augmenté à 3 mégabits par seconde. Finalement, à sa version 5.0, la norme a été ramenée à 2 mégabits par seconde permettant ainsi d’augmenter davantage la portée.

La norme est surtout utilisée pour transmettre la voix, le son, car elle n’est pas assez puissante pour transporter de la vidéo en continu.

Ainsi, lorsque vous liez deux appareils par Bluetooth, si vous ignorez la version de la norme que vos appareils peuvent supporter,  dites-vous qu’il y a rétrocompatibilité de la norme entre les appareils jusqu’à la version 2.0. Donc, par exemple, un appareil qui possède la norme 4.x peut être lié sans problème à un appareil de la norme 3.0, et le débit ainsi que la portée entre les deux appareils seront celui de la norme la plus ancienne.

Une fois liés, les deux appareils peuvent échanger des données, par exemple, les chansons que vous faites jouer sur votre téléphone intelligent. L’échange du son n’est pas possible sans que les appareils soient liées.

De nos jours nombreux appareils électroniques, dont de vieux systèmes de son, n’ont pas la norme Bluetooth intégrée. Il est possible de l’intégré en achetant un récepteur Bluetooth, qui vous permettra de lier, par exemple, votre téléphone intelligent à votre système de son. C’est plus économique que de vous procurez un nouveau système de son.

Quant à l’application Alerte COVID, du gouvernement du Canada, celle-ci fonctionne d’une façon un peu mesquine, car elle n’a pas besoin d’être liée avec d’autres appareils pour échanger des données avec ceux-ci. Elle roule de façon dormante sur votre téléphone intelligent avec votre accord lorsque vous l’avez installé puis configurer. Par la suite, elle peut échanger des données avec d’autres téléphones intelligents, sans votre autorisation mais, et surtout, sans jamais vous identifiez. C’est donc sécuritaire pour votre vie privée. Rassurez-vous aussi, le poids des données échangés est très minime et ne fera pas exploser vos données consommées sur votre forfait cellulaire. Bien sûr, l’application ne fonctionnera pas si vous n’avez pas activé la communication Bluetooth sur votre téléphone intelligent.

Ce que nous ignorons, par contre, c’est jusqu’à quelle portée les téléphones peuvent ainsi s’échanger des données sous cette application et combien peuvent simultanément s’échanger des données. Par exemple dans le transport en commun aux heures de pointes, combien de téléphones ayant cette application peuvent échanger de données simultanément dans un train de banlieue bondé de 340 individus? Ou encore, vous marchez dans le parc, est-ce que deux téléphones intelligents qui sont munis de la norme 5.0 de Bluetooth, peuvent s’échanger des données jusqu’à 600 pieds (200 mètres)?

Via l’application Alerte COVID, il n’est pas possible de savoir à combien de téléphones intelligents, votre téléphone a ainsi échangé des données. Tout ce que vous saurez via cette application, c’est si vous avez été à proximité d’une personne ayant été déclarée positive à la COVID-19 et ayant l’application sur son téléphone, puis et paramétré celle-ci de façon à indiquer qu’il est positif. Son efficacité relève donc la  bonne volonté des individus à posséder l’application sur leur téléphone à bien vouloir s’identifier positif à l’Alerte COVID.