Divers satellites gravitent autour de la Terre, dont ceux de SpaceX d'Elon Musk.
Internet

Les projets de Bezos et Musk nuisent aux astronomes

Elon Musk, tout le monde le connaît sur la planète pour être l’un des co-fondateurs de Paypal mais surtout pour son entreprise de voitures électriques Tesla. Mais Musk, c’est aussi SpaceX,

Quant à Jeff Bezos, lui, c’est Amazon.

Mais qu’est-ce que les sociétés SpaceX et Amazon peuvent bien avoir en commun?

Oui, il est possible, via Amazon.com, de se renseigner sur la gamme complète de véhicules électriques produits par Tesla, mais là n’est pas la réponse.

Tesla a un projet nommé Starlink. L’aboutissement de ce projet, c’est un ensemble de satellites qui seront déployés pour offrir l’Internet, dans un premier temps, dans des régions rurales.

Amazon a un projet similaire, via sa division Kuiper Systems. Le projet est nommé Project Kuiper.

Alors que SpaceX mousse la couverture de son réseau, Amazon elle, mettre l’accent sur la vitesse du réseau qui pourrait atteindre 600 mps (mégaoctets pas seconde).

Starlink a déployé jusqu’ici plus de 2 000 satellites en basse altitude. Le Project Kuiper aura ses satellites à 600 km d’orbite, Starlink quant à elle, ses satellites sont en orbite à 1 200 km.

Le problème? Ces satellites gênent les astronomes. De nombreuses petites tâches apparaissent dans les observations de nombreux astronomes tant amateurs que professionnels.  Chez Starlink, ils ont écouté les doléances des astronomes et les nouveaux satellites lancés ne réfléchissent plus la lumière du soleil. Mais, ils continuent d’être des tâches dans les observations des astronomes.

Starlink de SpaceX d’Elon Musk prévoit déployer 12 000 satellites et le projet Kuiper plus de 3 000. Avec les satellites de Starlink, et ceux du Project Kuiper, les divers satellites pour la météo, pour les télécommunications, pour la science, ainsi que les satellites militaires américains, russes, chinois, d’ici l’an 2026, il y aura donc plus de 15 000 satellites de toutes tailles gravitant autour de la Terre à différentes altitudes. De quoi ne pas plaire aux astronomes du monde entier.